dekech
topblog Ivoire blogs

samedi, 19 octobre 2013

François Hollande : Leonarda autorisée à revenir en France, mais seule

François Hollande : Leonarda autorisée à revenir en France, mais seule
© AFP

Si Leonarda souhaite poursuivre sa scolarité en France et qu'elle en fait la demande, "un accueil lui sera réservé, à elle seule", a déclaré le président François Hollande. "Non", répond la jeune fille qui ne veut pas "abandonner sa famille".

Lire la suite

Libération de neuf Libanais chiites détenus en Syrie depuis mai 2012

 

Neuf otages libanais de confession chiite, détenus dans la province d'Alep depuis mai 2012, ont été libérés vendredi. Accusés d'appartenir au Hezbollah malgré le démenti de leurs familles, ils avaient été enlevés en rentrant d'un pèlerinage en Iran.

Par Salima Belhadj (vidéo)

Lire la suite

Thaïlande: 10 blessés, dont un journaliste de l'AFP, dans des explosions

blessés.jpgUne double attaque à la bombe dans le sud insurrectionnel de la Thaïlande a fait dix blessés samedi, dont un journaliste de l'AFP et trois de ses confrères, selon la police.

Une première explosion est survenue dans la région de Narathiwat, une des provinces du sud de la Thaïlande où la rébellion est la plus active, visant une patrouille de l'armée. Elle a fait six blessés parmi les soldats, dont trois grièvement.

Lire la suite

Dans les vignes des Corbières, des saisonniers portugais se rebiffent

81d7f2847c678f48cb202f1fbc0c253cfc6d60a0.jpgArray - A la saison des vendanges, des saisonniers portugais sèment l'émoi dans les vignobles des Corbières. Carlos et Filipe accusent des viticulteurs audois de les avoir fait travailler tout l'hiver "sauf les jours de pluie" pour 700 euros par mois, et ont porté l'affaire en justice.

Bordée de platanes, une petite route serpente au milieu des vignobles jusqu'à un village idyllique niché au pied de la montagne d'Alaric: Camplong-d'Aude, à 35 km de Carcassonne et de Narbonne. Un village dit "tout rouge" car dirigé depuis près d'un siècle par des maires communistes. En 1910 y naissait Paul Balmigère, ouvrier agricole qui, une fois élu député, défendit passionnément la viticulture et les droits de ses salariés.

Mais ce "fief du syndicalisme" a vu arriver, début octobre, des gendarmes en pleine enquête. "Vous venez vendanger?", leur a lancé le maire (PCF), Serge Lépine, "attristé" par l'affaire.

"Nous sommes arrivés ici le 20 novembre 2012, depuis Mirandela (nord du Portugal)", raconte à l'AFP Filipe, un Portugais de 36 ans, au côté de son compatriote Carlos, plus âgé d'un an. "On a travaillé jusqu'à la mi-avril 2013 à la taille et à +l'attachage+, dans des vignobles de Camplong et de Fabrezan (Aude), huit ou neuf heures par jour, du dimanche au dimanche, sauf les jours de pluie".

"Un Portugais, salarié par les patrons pour recruter d'autres Portugais, dirigeait l'équipe" de neuf personnes, poursuit Filipe. A la fin du mois, il nous donnait 700 euros en billets, et 500 à Carla, la compagne de Carlos, qui travaillait comme bonne à tout faire, 14 heures par jour, dans une maison".

"Des moyens de protester"

En avril, les saisonniers s'entendent dire qu'"il n'y a plus de travail". "Ils nous ont alors donné les fiches de paie qu'on réclamait mais elles indiquaient 70 heures, alors qu'on avait travaillé 250 heures par mois et Carla plus de 400!", soutient Carlos. Ayant déjà été employés plusieurs fois en France, "nous savions que ça ne se passe pas comme ça normalement. Et comme on parlait bien le français, on a cherché les moyens de protester", explique Filipe. Un jeune du village, indigné, les a conduits à la CGT à Narbonne.

La syndicaliste Magali Astruc assure que les saisonniers étaient "mal logés, à douze dans une maison de village" louée par le propriétaire du domaine, "avec interdiction de parler aux habitants et un couvre-feu à 23H00".

Lire la suite